Les immeubles « MH » de l’architecte Kalisz

Le quartier du Parc tel que le définit l’EPAD se compose de deux zones architecturales distinctes, celles des bâtiments « MH » (ces deux lettres correspondant à une classification technique : immeubles d’habitation par opposition à « MB » immeubles de bureau) et celles des tours Aillaud (du nom de l’architecte).

Les cinq « MH » de l’architecte Kalisz alignés en bordure du parc sont de gigantesques immeubles de forme pyramidale abritant de 300 à 500 appartements, peuplés d’environ 2500 personnes.

Ces immeubles codifiés à l’origine MH1 à MH7, cinq ont été réalisés et sont dénommés ainsi :

  • MH2 Le Vallona
  • MH3 Le Liberté
  • MH5 Central Parc
  • MH7 Egalité
  • MH1 Fraternité

En photo, achèvement du Vallona et du Liberté (clic pour agrandir)

Ils encadrent 3 groupes scolaires, une crèche, un collège, un foyer de jeunes musiciens, une école d’architecture ( fermée depuis 2005 et mise en vente par l’état ) et l’école nationale de danse de l’Opéra de Paris.

Le Vallona, de couleur beige, dont la façade visible de loin, notamment du coté de la Préfecture, est ornée d’une grande mosaïque représentant Ste Geneviève petite fille avec un mouton.

S’ensuivent légèrement en retrait le jumeau Le Liberté sur le même plan architectural, puis Central Parc, l’Egalité et le Fraternité.

L’accès au parc depuis ces bâtiments ne se fait de la même façon ; au pied du Liberté et du Vallona, le square de la Brèche est un espace planté d’arbres qui constitue une sorte de sas vers les espaces collectifs. Il fait figure de jardins privatifs, notamment pour les petits pavillons qui le bordent, relié aux bâtiment principal par l’étage supérieur.

A ces immeubles correspondent divers modes d’accès au logement, soit libre dans le cadre du marché locatif ou d’accès à la propriété.

On trouve des appartements gérés par le 1% patronal aussi bien au Vallona que dans les HLM des tours Aillaud.

Les habitants du Liberté, du Vallona et du Central Parc appartiennet plutôt aux catégories moyennes supérieures, alors que le MH1 et le MH7 abritent une population composite du point de vue socio-professionnel et ethnique.

La résidence, le parc, les habitants….